Une enquête Epson révèle un étonnant déficit de reconnaissance de la réalité du changement climatique : 46 % de personnes interrogées sont optimistes et pensent que la crise climatique pourra être évitée de leur vivant.

Une nouvelle recherche souligne un écart significatif entre la perception du changement climatique et la gravité de l’urgence.

Une enquête Epson révèle un étonnant déficit de reconnaissance de la réalité du changement climatique : 46 % de personnes interrogées sont optimistes et pensent que la crise climatique pourra être évitée de leur vivant.

Une enquête Epson révèle un étonnant déficit de reconnaissance de la réalité du changement climatique : 46 % de personnes interrogées sont optimistes et pensent que la crise climatique pourra être évitée de leur vivant.

10 septembre 2021

À 50 jours du début de la COP 26, qui se tiendra au Royaume-Uni en novembre, Epson annonce les résultats de son baromètre de réalité en matière de changement climatique. L’enquête recense les expériences et perceptions en matière de changement climatique à l’échelle mondiale de 15 264 consommateurs dans 15 pays et régions différents, y compris sur cinq marchés européens clés. Les recherches d’Epson révèlent un écart potentiellement préjudiciable entre la réalité du changement climatique et la compréhension qu’a la population de ses effets catastrophiques.

Le baromètre de réalité en matière de changement climatique d’Epson a pour but d’orienter les discussions lors de la COP 26, l’objectif étant de sensibiliser davantage le public aux impacts du changement climatique, d’influencer les décisions commerciales transformatrices et de mieux informer les décideurs politiques.

Déficit de reconnaissance de la réalité : Optimisme vs preuves

Les personnes interrogées dans le cadre du baromètre sont originaires d’Australie, du Brésil, de Chine, de France, d’Allemagne, d’Inde, d’Indonésie, d’Italie, du Japon, de Singapour, de Corée du Sud, d’Espagne, de Taïwan, du Royaume-Uni et des États-Unis. Interrogées sur leur point de vue quant à la capacité de l’humanité à éviter une crise climatique de leur vivant, près de la moitié (46 %) d’entre elles déclarent être « quelque peu » optimistes, voire « très » optimistes. Ce dernier pourcentage se révèle bien plus élevé que les 27 % à peine qui se déclarent très pessimistes ou quelque peu pessimistes.

En Europe (France, Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni), la vision semble plus équilibrée. L’optimisme général en Europe concernant la possibilité d’éviter une crise climatique chute à 39 %, tandis que le pessimisme atteint 33 %. Les Français apparaissent comme étant les plus optimistes (42 %), alors que les Espagnols sont les plus pessimistes (39 %).

À l’échelle mondiale, cet optimisme repose principalement sur la sensibilisation croissante du public au changement climatique (32 %), à la capacité de la science et de la technologie à fournir des solutions (28 %) et à la transition vers des énergies renouvelables (19 %). Dans le monde, 5 % des personnes interrogées pensent qu’il n’y a pas du tout d’urgence climatique, l’Allemagne (7 %) et le Royaume-Uni (6 %) arrivant en tête de liste de ceux qui réfutent le changement climatique en Europe. 

En ce qui concerne les résultats spécifiques pour [insérer le pays], le baromètre montre que [ESPACE RÉSERVÉ : insérer les données spécifiques au pays relatives aux statistiques mondiales et européennes ci-dessus :

  1. l’optimisme et le pessimisme face à la possibilité de surmonter la crise ; et
  2. les raisons qui motivent cet optimisme]

Alors que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) indique que certains changements climatiques d’origine humaine mettront des millénaires à s’inverser [i], et compte tenu d’une série d’événements (parmi lesquels la situation de l’Italie qui a connu la température la plus élevée [ii] jamais enregistrée en Europe, les feux de forêt en France et en Espagne [iii] et les inondations [iv] en Allemagne), les conclusions du baromètre suggèrent que l’optimisme triomphe en dépit des preuves et qu’il existe un déficit de reconnaissance de la réalité du changement climatique qui est préjudiciable.

Henning Ohlsson, directeur du développement durable chez Epson Europe, a déclaré : « Alors que l’urgence climatique se manifeste devant nos yeux, le fait que beaucoup ne reconnaissent pas, voire nient activement, son existence est particulièrement préoccupant. Il est crucial que tous (gouvernements, entreprises et individus) travaillent ensemble afin que des décisions soient prises au cours de la COP 26 et que cet évènement suscite la prise d’action nécessaire pour atténuer le changement climatique. »

Vérification de la réalité : Compréhension vs action

Le baromètre suggère que l’optimisme peut être le résultat d’une incapacité à prendre conscience du changement climatique et, par conséquent, de son ampleur.

Les trois quarts environ des personnes interrogées établissent un lien entre le changement climatique et la hausse des températures à l’échelle mondiale (77 %), les conditions météorologiques extrêmes (74 %) ainsi que les incendies incontrôlés (73 %). En revanche, la sensibilisation a chuté à un peu plus de la moitié pour des situations telles que la famine (57 %), les migrations humaines massives (55 %) et les invasions d’insectes (51 %). En Europe, le climat semble avoir une importance à l’échelle nationale, avec l’Allemagne enregistrant 73 % de sensibilisation à la hausse des températures, tandis que ce chiffre grimpe à 84 % en Italie (ce qui est compréhensible).

Nombreux sont ceux qui estiment qu’il incombe aux acteurs étatiques et aux industriels de s’attaquer à cette urgence. Parmi les personnes interrogées, plus d’une sur quatre (27 %) désigne les gouvernements et 18 % les entreprises comme étant les entités « les plus responsables ». Près de 18 % reconnaissent une responsabilité personnelle. Il est encourageant de constater que le plus grand nombre de personnes interrogées identifie la responsabilité comme étant collective (31 %).

En Europe, l’Espagne accorde la plus grande importance à la responsabilité gouvernementale (31 %). Le Royaume-Uni enregistre le chiffre le plus bas pour ce qui est de la responsabilité des entreprises (16 %) et l’Allemagne le plus élevé (27 %). Les personnes interrogées en France expriment le plus fort sentiment de responsabilité personnelle (23 %), le plus faible étant enregistré en Allemagne (11 %). Le Royaume-Uni arrive en tête de la liste des pays européens reconnaissant la responsabilité collective (34 %), le taux le plus faible étant celui de l’Italie (23,6 %).

Le baromètre montre que [ESPACE RÉSERVÉ : insérer les statistiques spécifiques au pays sur les résultats mondiaux et européens ci-dessus :

  1. les événements le plus et le moins associés au changement climatique ; et
  2. les acteurs auxquels il incombe le plus/le moins de s’attaquer à la crise].

Alors que des personnes sont prêtes à changer leur mode de vie pour faire face à la crise, d’autres tardent à agir. Le baromètre montre que 65 % estiment qu’il est important de réduire les voyages d’affaires et de loisir (ce qu’ils font déjà ou envisagent de faire), mais seulement 40 % l’ont fait ; 68 % acceptent de passer aux véhicules électriques, mais seulement 16 % l’ont fait ; enfin, 58 % se disent favorables à l’adoption d’un régime alimentaire végétarien, mais seulement 27 % l’ont fait. Même en ce qui concerne les choix relativement simples, comme boycotter des marques qui ne sont pas écoresponsables, seulement 29 % ont déjà changé leurs habitudes d’achat alors que 63 % reconnaissent qu’il faudrait le faire.

Réalité commerciale : il est temps d’agir.

Le baromètre de réalité en matière de changement climatique indique que, pour beaucoup, la crise climatique reste un phénomène qui concerne les autres. L’enquête révèle que seulement 14 % des personnes interrogées considèrent qu’il incombe aux grandes entreprises de lutter contre l’urgence climatique, alors que 3 % seulement pensent cela pour les petites entreprises (moins que les 5 % qui nient le changement climatique). L’enquête suggère également qu’il est temps pour les entreprises de toutes tailles de jouer un rôle plus important.

Les entreprises peuvent donner les moyens d’agir à d’autres entreprises et aux consommateurs par le biais d’innovations favorisant le développement durable. Chez d’Epson, par exemple, des initiatives visant à réduire l’impact des consommateurs ont été développées grâce à l’utilisation d’une technologie d’impression Zéro Chaleur à haute efficacité énergétique et aux activités de R&D dans les technologies environnementales comme les matériaux d’origine naturelle (autres que le plastique).

Au-delà de l’innovation en matière de produits et de matériaux, les entreprises peuvent faire une grande différence en encourageant la responsabilité face au changement climatique et en donnant l’exemple en la matière. Pour cela, Epson procède à la transition vers 100 % d’électricité renouvelable et s’engage dans des initiatives telles que le projet RE100 d’énergie renouvelable. L’entreprise s’emploie également à mettre en œuvre un circuit fermé des ressources en promouvant, par exemple, la remise en état et la réutilisation des produits et en établissant des partenariats à fort impact, comme c’est le cas du travail entrepris avec National Geographic pour protéger le permafrost[i].  protéger le permafrost [i].

Yasunori Ogawa, président mondial d’Epson, a déclaré : « La constatation du déficit de reconnaissance de la réalité du changement climatique montre que la sensibilisation, associée à l’action, sera essentielle face à l’urgence. L’objectif d’Epson est de favoriser cette prise de conscience et de proposer les technologies dont notre entreprise, d’autres entreprises et les consommateurs ont besoin pour opérer des changements en profondeur. Le développement durable est au cœur de notre plan de développement des activités et il s’appuie sur des ressources importantes. Nous sommes bien conscients qu’il reste beaucoup à faire, mais nous pensons pouvoir construire un avenir meilleur. »

 

[i] https://www.ipcc.ch/2021/08/09/ar6-wg1-20210809-pr/

[ii] https://www.bbc.co.uk/news/world-europe-58130893

[iii] https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-17/wildfires-burn-in-france-and-spain-after-heatwaves

[iv] https://edition.cnn.com/2021/08/23/europe/germany-floods-belgium-climate-change-intl/index.html