L'ultra-personnalisation est l'avenir du commerce

Selon les salariés du secteur, les centres-ville commerçants sont un atout majeur du commerce. Mais en quoi les nouvelles technologies vont-elles modifier nos habitudes d'achat ?

L'ultra-personnalisation est l'avenir du commerce

L'avenir du commerce se place sous le signe de la personnalisation. En effet, une étude récemment menée par Epson qui examine le monde du travail de demain, rapporte que d'ici 2025, notre paysage commercial sera ultra-personnalisé, tant en ligne qu'en magasin.

Selon Howard Saunders, futuriste spécialiste du commerce, grâce au big data, les consommateurs vivront une expérience adaptée et personnalisée. Une vision positive que partagent les salariés européens du secteur. D'après l'étude d'Epson qui a soumis les opinions et prédictions d'experts à plus de 7 000 salariés et dirigeants d'entreprises européens, 72% des personnes travaillant dans le commerce estiment qu'elles pourront proposer de meilleures expériences à leurs clients grâce aux nouvelles technologies.

En outre, 73% des sondés voient les appareils connectés personnels comme une opportunité de tisser davantage de liens entre les clients et les magasins. Enfin, près de la moitié des personnes interrogées considère que le big data aura un impact positif sur l'industrie. En quoi ce nouveau paysage personnalisé modèle-t-il l'avenir du commerce ?

Évolution du commerce physique

Les aspects physiques du secteur du commerce devront impérativement évoluer pour rester en phase avec la révolution numérique actuelle, axée sur les données. Comme le pensent plus de la moitié des répondants à l'étude d'Epson, les centres-ville commerçants ne disparaîtront pas à l'avenir, ce qui constitue un casse-tête de taille pour un secteur subissant de nombreuses pressions et contraint de jongler avec les exigences des espaces physiques, d'une part, et la concurrence numérique, d'autre part.

Selon les salariés européens, 56% des décisions d'achat auront lieu dans les magasins d'ici 2025, car ils seront devenus de véritables espaces communautaires où les clients se rencontrent et échangent leurs expériences, ainsi que le perçoivent 51% des personnes interrogées.

En parallèle, cette nouvelle révolution technologique entraînera une transformation de la livraison des produits. D'après 46% des salariés européens du secteur du commerce, grâce aux technologies, les magasins ne seront plus tenus de constituer et de conserver des stocks : au contraire, ils pourront proposer des produits personnalisés en vue de répondre à la demande instantanée.

Commerce augmenté

Selon les prévisions, la réalité augmentée va impulser un bouleversement du commerce en profondeur. En effet, elle garantira une expérience sensorielle unique aux clients en leur proposant au sein de n'importe quel environnement une simulation des produits pour leur montrer une utilisation personnalisée, comme l'affirment 69% des personnes interrogées. Par ailleurs, 57% des sondés pensent que la réalité augmentée sera synonyme d'une expérience d'achat sociale et ludique, ce qui forge un sentiment communautaire autour d'une marque spécifique.

Selon Jonathan Reynolds, directeur de l'Oxford Institute of Retail Management (OXIRM), la réalité augmentée et la réalité virtuelle ont atteint leur apogée en terme de renommée. Par conséquent, leur véritable intégration au commerce sera possible seulement lorsqu'elles fourniront un mécanisme fiable assurant une utilisation quotidienne. En revanche, les salariés européens du secteur du commerce ayant participé à l'étude d'Epson estiment que ce bouleversement pourrait survenir bien plus tôt que prévu.

Le défi des données

Malgré l'avenir ambitieux promis au commerce par les nouvelles technologies, le comportement du grand public vis-à-vis du partage des données constitue toujours un obstacle. Les clients pourront donc rechigner à accepter l'échange de données entre leurs propriétaires et les expériences personnalisées. En outre, 63% des personnes interrogées considèrent le coût des nouvelles technologies comme un obstacle, tandis que 40 % envisagent l'impact significatif du manque de formation des employés.

En conclusion, l'avenir des technologies soulève d'importantes questions sur les relations entre les clients et les détaillants, auxquelles ces derniers devront répondre s'ils veulent bénéficier du plein potentiel de la transformation technologique.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Retrouvez toutes les observations en téléchargeant l’intégralité de l’étude ici