Technologies durables : est-ce hors de prix ?

Les entreprises européennes n’exploitent pas les technologies durables

Technologies durables : est-ce hors de prix ?

Le piteux état de l’environnement n’a jamais été aussi haut dans le classement des priorités. En fait, 68 % 1des entreprises déclarent que les considérations environnementales deviennent de plus en plus importantes pour elles. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles se tournent toutes vers les technologies durables. Une nouvelle étude a révélé que seulement 26 % des entreprises européennes tirent pleinement parti de solutions informatiques économes en énergie 1.

La principale explication de cette division est la différence d’approche entre les grandes entreprises et les PME. 73 % des grandes entreprises considèrent le développement durable comme une priorité majeure, proportion qui tombe à seulement 33 % pour les TPE-PME. Et tandis que des mesures environnementales comme le recyclage du papier, l’éclairage à faible consommation d’énergie et une efficacité énergétique accrue sont considérées comme assez courantes, des différences dans l’utilisation de solutions informatiques économes en énergie en fonction de la taille des entreprises éclatent au grand jour. 39 % des grandes entreprises utilisent des solutions informatiques économes en énergie, proportion qui tombe à seulement 8 % parmi les entreprises de taille plus modeste.

En ces temps difficiles, peut-être pouvons-nous comprendre l’hésitation des PME. En fait, la plupart des sondés expliquent que le coût représente le principal obstacle à la mise en œuvre. Cela semble logique, jusqu’à ce que l’on prenne en compte les preuves de plus en plus flagrantes que l’économie d’énergie ne profite pas qu’à l’environnement : elle profite aussi aux entreprises qui la mettent en place.

En consommant moins d’électricité, les frais généraux sont réduits

Investir dans des imprimantes jet d’encre, par exemple, permet aux entreprises d’économiser jusqu’à 96 % d’énergie 2. Cela est largement suffisant pour avoir un impact considérable sur le coût total de possession. Cela permet également d’émettre jusqu’à 92 % de C02 en moins 2et de produire jusqu’à 95 % de déchets en moins 2.

Tous ces éléments s’additionnent pour offrir un impact positif considérable sur le chiffre d’affaires de toute entreprise, ainsi que sur sa responsabilité sociale. Ils rendent la relative absence d’investissement dans les technologies plus écologiques contradictoire ; tout particulièrement lorsque l’on prend en compte la pression exercée pour répondre aux normes et réglementations de l’Union européenne en matière de développement durable.

 

L’information est le nerf de la guerre

Pour de nombreuses entreprises, c’est un manque de ressources en termes de recherches qui semble les retenir. Parmi les personnes interrogées, 74 % réalisent que l’impression jet d’encre est moins chère que l’impression laser, mais uniquement 37 % savent que le jet d’encre offre un « impact environnemental moindre » et seulement 36 % sont conscients qu’il est plus économe en énergie. Avec seulement 15 % des PME qui emploient un expert en développement durable à plein temps, cet écart entre la réalité et les perceptions n’est pas si surprenant.

Toutefois, Louella Fernandes, directrice adjointe de Quocirca, déclare : « les entreprises qui mettent davantage l’accent sur le développement durable vont continuer d’en récolter les fruits. Seulement 24 % des PME sont prêtes à accepter les coûts supplémentaires liés à l’amélioration de l’efficacité écologique, alors qu’il existe des produits et services simples, flexibles et économiques ».

Dans un monde parfait, ces produits les aideront à passer à un équipement plus écologique sans le fardeau des ressources à mettre en place ni d’un investissement. Un exemple peut être trouvé dans les services d’impression gérés (MPS), qui peuvent aider les entreprises à contrôler et optimiser leurs impressions, ainsi qu’à atteindre leurs objectifs environnementaux.

Les services MPS sont des programmes offerts par les fournisseurs d’impression qui gèrent tous les aspects des besoins d’impression d’une entreprise, impliquant souvent la location du matériel et le remplacement économique de l’encre. L’optimisation de l’impression permet aux entreprises de réaliser des économies, de produire moins de déchets papier et d’accroître leur efficacité.

51% des entreprises 3 s’attendent à voir leur budget MPS augmenter l’année prochaine, et cela n’a rien de surprenant. Les participants à l’étude qui ont actuellement recours à des services MPS ont mentionné de nombreux avantages : en moyenne, ils ont été plus susceptibles de profiter d’une plus grande fiabilité, d’un plus faible impact environnemental, d’une sécurité des documents améliorée et d’une plus faible consommation d’énergie.

Se tenir informé

Les grandes entreprises se sont révélées également plus sensibilisées à la législation européenne que leurs homologues de taille plus modeste. 59 % des grandes entreprises ont connaissance des directives environnementales de l’Union européenne, ce qui semble suggérer que l’éducation, plutôt que la révolution, peut être la clé d’un changement culturel menant à une technologie plus écologique.

D’autres contrastes sont constatables au niveau régional, et notamment avec l’Allemagne qui mène la course en matière de pratiques favorisant le développement durable. 84 % des entreprises allemandes estiment que le développement durable est très ou assez important, proportion qui tombe à 66 % parmi les entreprises britanniques. Cela s’inscrit dans un changement culturel plus vaste en Allemagne, où le gouvernement s’est engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % d’ici à 2020, à garantir que les énergies renouvelables allaient représenter 80 % de la production d’énergie en Allemagne d’ici à 2050 et à garantir une consommation d’énergie en baisse de 20 % d’ici à 2020 4.

D’un point de vue sectoriel, les personnes travaillant dans l’éducation sont les plus positives à propos de la mise en œuvre de pratiques durables : 63 % des personnes interrogées estiment que le développement durable est « valable, même si cela coûte plus cher ». En revanche, seulement 23 % des personnes évoluant dans le secteur financier sont d’accord avec cette proposition. Il est évident que pour les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs confondus, seule la prise de conscience que le développement durable peut représenter une opportunité, plutôt qu’un fardeau, va nous rapprocher d’un futur plus sûr pour notre planète.

Prendre ses responsabilités

Afin de provoquer un changement, il est nécessaire que les entreprises technologiques et les experts en matière de développement durable informent les gens des avantages qu’offrent les technologies durables. Sans le budget nécessaire pour prendre des mesures respectueuses de l’environnement, et cela dans leur propre intérêt, les PME ont besoin d’être informées sur l’amortissement immédiat que peuvent offrir des solutions respectueuses de l’environnement. Au sein d’Epson, nous prenons ce défi extrêmement au sérieux et, avec l’aide de nos clients, nous espérons contribuer à un bel avenir prospère pour la planète, sur laquelle nous vivons tous.

Pour en savoir plus sur le développement économique durable, ainsi que sur les avantages du passage à une impression plus respectueuse de l’environnement, consultez le site www.epson.fr/make-the-switch

1Étude sur le développement durable, Quocirca, mai 2016

2Selon les tests effectués par BLI, 2015. Pour plus d’informations, consultez  www.epson.eu/inkjetsaving

​3http://quocirca.com/content/managed-print-services-landscape-2016

​4https://www.theguardian.com/sustainable-business/nuclear-power-germany-renewable-energy