Protéger l’environnement

Impression en entreprise : adopter une politique éco-responsable

Protéger l’environnement

Il n’est pas surprenant de constater que de plus en plus d’entreprises de toute taille accélèrent le processus visant à créer pour l’avenir un environnement de travail plus durable. Bien qu’il existe des milliers de façons – et de technologies – différentes capables de réduire considérablement votre empreinte environnementale, le choix que vous faites en matière de technologie d’impression est souvent un domaine négligé, qui pourrait pourtant avoir un impact important en termes d’économies d’énergie.

Jetez un œil à votre imprimante de bureau. S’agit-il d’une imprimante laser ou jet d’encre ? Maintenant, réfléchissez à ce que vous savez de l’impact de cette technologie sur votre empreinte carbone.

Et si vous pouviez choisir une imprimante consommant 96 % d’énergie en moins ? La bonne nouvelle, c’est que si vous regardez une imprimante jet d’encre, vous avez déjà fait un grand pas dans la réduction de votre empreinte.

Le choix d’une solution écologique et abordable

Chez Epson, notre choix s’appuie sur les résultats de nombreux tests indépendants. Les chiffres sont éloquents : La technologie jet d’encre dépasse le laser dans tous les aspects environnementaux, lesquels peuvent également avoir une incidence sur la rentabilité globale de votre entreprise. C’est pourquoi nous soutenons la technologie jet d’encre que nous considérons comme l’avenir de l’impression professionnelle.

Nous sommes à un tournant en Europe et la durabilité n’a jamais eu un rôle aussi important dans la réussite des entreprises. De plus en plus souvent, lorsque je discute avec nos clients et que je les accompagne dans le processus d’achat, je me rends compte combien leurs demandes concernant l’efficacité et l’environnement sont incroyablement précises.

Lorsque nous traitons avec les équipes responsables des achats de nos clients, nous devons répondre à des questions ayant trait à tous les aspects liés à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Elles veulent par exemple savoir si nous souscrivons aux principes du Pacte mondial des Nations Unies, et nous interrogent sur notre propre politique environnementale et sur des points spécifiques concernant l’innovation dans le but de réduire les coûts d’impression. Les entreprises, qu’elles soient du secteur privé ou public – mais plus particulièrement celles publiant déjà des rapports non financiers –, cherchent à s’assurer que, de la plus petite ampoule à la plus grande imprimante, elles sont conscientes de leur consommation d’énergie et de leur impact environnemental.

Les directives concernant les rapports non financiers

Grâce à un retournement de situation qui ne peut que nous être favorable à tous à long terme, notre espoir réside désormais dans cette approche axée sur les détails et dans son essor. Avec l’application de directives sur l’établissement des rapports non financiers provenant de l’UE elle-même (des mesures envisagées comme un moyen de démontrer l’empreinte d’une entreprise et les actions positives que celle-ci met en place pour compenser des incidences négatives) et de recommandations gouvernementales, des réglementations telles que la Directive de l’Union européenne relative à l’efficacité énergétique exigeant des grandes entreprises qu’elles effectuent des audits énergétiques au moins tous les quatre ans accordent une importance encore plus grande à l’impact environnemental des entreprises.

Bien sûr, d’aucuns s’inquiètent du fardeau administratif que représentent de tels rapports, ainsi que de son influence sur d’autres aspects des affaires, tels que les achats. À l’heure actuelle, par exemple, les exigences de déclarations d’informations non financières s’appliquent à certaines grandes sociétés de plus de 500 employés, le but étant explicitement de réduire cette charge au minimum. Cependant, ces dispositions auront inévitablement un effet d’entraînement au niveau des PME, dans la mesure où les gros clients s’efforceront de remplir leurs obligations dans l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement.

Les faits sont éloquents

En tant que Directeur de la RSE pour Epson Europe, je suis fermement convaincu que le choix fait en matière de technologie d’impression, même s’il peut apparaître mineur, peut avoir un impact majeur sur notre empreinte collective. Bien sûr, la décision ne doit pas être prise de manière isolée, et toutes les technologies introduites sur le lieu de travail doivent être tout aussi respectueuses de l’environnement. Toutefois, les conséquences de cette solution professionnelle relativement modeste sont souvent sous-estimées. C’est pourquoi notre engagement en termes d’investissements et de R&D se concentre clairement sur la technologie jet d’encre, puisque celle-ci continue de prouver sa valeur et les avantages qu’elle offre en matière de développement durable.

Quels sont les bénéfices du passage à l’impression jet d’encre à grande échelle ? Quelles grandes promesses attendre de ce changement mineur ?

Les faits parlent d’eux-mêmes, et en matière d’impression, le jet d’encre est incontestablement le grand vainqueur.

  • Éco-efficacité :les solutions à jet d’encre produisent jusqu’à 99 % de moins de déchets que l’impression laser [1]
  • Gaz à effet de serre :les solutions à jet d’encre n’émettent aucun gaz à effet de serre 
  • Consommation d’énergie :les solutions à jet d’encre consomment jusqu’à 96 % de moins d’énergie que l’impression laser [3]
  • Vitesse :les solutions à jet d’encre sont 3,5 X plus rapides que l’impression laser [4]
  • Productivité :le temps consacré aux interventions sur les imprimantes jet d’encre est jusqu’à 98 % moins élevé que sur les imprimantes laser [5]
  • CO2 :les solutions à jet d’encre produisent jusqu’à 92 % de moins de CO2 que l’impression laser [6]