Pourquoi les PME devraient suivre l’exemple du secteur public en matière d’optimisation des ressources ?

Dans un monde où les frontières tombent les unes après les autres, comment l’optimisation des ressources peut-elle aider les entreprises à réduire leurs coûts, à augmenter leurs marges tout en restant compétitives ?

Pourquoi les PME devraient suivre l’exemple du secteur public en matière d’optimisation des ressources ?

La compétitivité figure en tête des priorités des entreprises. Dans un monde où les frontières tombent les unes après les autres, les dirigeants doivent sans cesse réajuster leurs prix face à la concurrence tout en maintenant un niveau de rentabilité. Un modèle commercial compétitif dans un pays peut facilement se retrouver menacé par des pratiques à bas coûts dans un autre. C’est le revers de la mondialisation.

L’expérience client devient également un champ de bataille en matière de compétitivité. Les concurrents armés d’outils numériques et entretenant des relations client étroites basées sur les données mettent en danger les bénéfices des entreprises existantes, tous secteurs confondus. Ces bouleversements externes peuvent avoir de lourdes conséquences sur la compétitivité. Mais les dirigeants feraient bien de penser également à des leviers internes. Par exemple, compétitivité et efficacité peuvent faire bon ménage. Lorsque des entreprises privilégient l’optimisation des ressources, les économies réalisées sont visibles dans le résultat net. Ce qui a tendance à doper les marges et, au bout du compte, la compétitivité.

La réglementation offre parfois un modèle utile.  Prenons la directive européenne sur les marchés publics écologiques (Green Public Procurement, GPP). La Commission européenne espère encourager les autorités locales à privilégier l’achat de produits et services plus écologiques.

Cela n’a pas seulement à voir avec la protection de l’environnement. En Europe, les autorités publiques figurent parmi les plus gros consommateurs, dépensant environ  deux mille milliards d’euros chaque année, soit un cinquième du PIB européen. En choisissant des biens et des services plus respectueux de l’environnement, les autorités locales peuvent largement contribuer au développement durable tout en stimulant leur propre efficacité opérationnelle.

Ces deux avantages sont de taille. L’optimisation des ressources prend de plus en plus d’importance à mesure que s’intensifie la consommation en Europe.  D’après la CE: « Si tous les pays du monde suivaient le modèle de consommation européen, l’utilisation des ressources mondiales pourrait être multipliée par quatre au cours des 20 prochaines années. » En dehors de l’impact sur l’environnement, la surconsommation pourrait entraver la croissance économique en limitant l’accès aux ressources naturelles importantes et en augmentant le prix des matières premières, telles que l’énergie. En bref, la surconsommation nuit à la compétitivité des entreprises.

C’est précisément là que le secteur privé doit s’inspirer de la réglementation du secteur public. Les marchés publics écologiques sont destinés à encourager les autorités locales à prendre des initiatives en matière d’optimisation des ressources. Pourquoi les PME et autres organisations de plus grande taille ne pourraient pas suivre les mêmes prérogatives ?

L’innovation est une solution. En opérant différemment, les entreprises peuvent améliorer leur rentabilité et relancer leur compétitivité. Epson consacre une grande part de son budget de recherche et développement à explorer des moyens favorisant une plus grande optimisation des ressources auprès de ses clients. Dans la mesure où les imprimantes jet d’encre Epson utilisent beaucoup moins de chaleur dans le processus d’impression, elles consomment moins d’énergie que des imprimantes laser équivalentes, réduisant ainsi leurs coûts de fonctionnement. Cela est rendu possible grâce à la tête d’impression piezo d’Epson. Une génération de chaleur faible signifie moins d’énergie nécessaire pour faire fonctionner l’imprimante, ce qui permet aux entreprises de baisser leur consommation d’électricité. Une consommation d’électricité réduite allège la facture énergétique et, par là même, l’impact sur l’environnement.

Pour rester compétitif, il convient d’être attentif aux facteurs externes, tels que le bouleversement numérique. Mais le progrès peut également emprunter des voies opérationnelles.

Si davantage d’entreprises privées suivaient les orientations du GPP (Green Public Procurement, GPP), à savoir acquérir des technologies optimisées plus respectueuses de l’environnement, les pratiques seraient plus écologiques et l’efficacité opérationnelle plus grande. Grâce à des opérations optimisées, ces entreprises deviendraient plus compétitives. C’est une des raisons pour lesquelles les marchés publics verts doivent également donner lieu à des marchés privés plus respectueux de l’environnement.