Panneaux d’avertissement pour les usines

Angela Wright, psychologue des couleurs, donne des informations détaillées sur l’utilisation des couleurs pour assurer la sécurité des personnes.

Panneaux d’avertissement pour les usines

Le codage couleur dans certains secteurs est une affaire sérieuse : construction, lutte contre les incendies, santé et sécurité ne sont que quelques-uns des secteurs où la signalétique et d’autres types de message sont régis par des lois strictes.

Rouge pour le feu

Auparavant, en fonction du type de feu à combattre, l’extincteur approprié possédait sa propre couleur : à eau, il était rouge, à mousse, crème, à poudre sèche, bleu et à dioxyde de carbone (CO2), noir. Toutefois, il était évident que certaines des couleurs de ces équipements vitaux n’étaient pas toujours visibles instantanément, alors, dans les années 1990, les règles ont changé. À présent, tous les extincteurs sont rouge vif et une zone ne dépassant pas 5 % de chaque extincteur arbore le code couleur du type d’extincteur.

Jaune et noir pour le danger

Dans les environnements de fabrication, nous trouvons tout un éventail d’avertissements et de signaux nous mettant en garde contre divers dangers tels que l’électricité (choc électrique, haute tension), les gaz et explosifs, les magasins de produits chimiques, les produits hautement inflammables et bien d’autres encore.  À mon sens, le plus frappant est sans aucun doute le panneau sans équivoque « Danger de mort » sans aucune explication supplémentaire. Le point intéressant avec tous ces panneaux mentionnés ci-dessus est que les panneaux d’avertissement sont, sans exception, d’un jaune vif et chaud accompagné de graphiques noirs et lourds (pensez aux tigres, guêpes et autres crapauds vénéneux). Cette combinaison de couleurs n’est, par essence, pas harmonieuse, ce qui a pour effet d’annuler chaque couleur : le noir a l’air menaçant et le jaune suscite naturellement de l’anxiété. Parfait. Voici un autre exemple qui illustre la capacité des êtres humains à savoir d’instinct quelles couleurs utiliser lorsque nous avons vraiment besoin de communiquer clairement.

Balisage des issues de secours

Dans chaque bâtiment public, la loi oblige à baliser clairement les issues de secours et les parcours d’évacuation d’urgence. Je trouve intéressant que les couleurs choisies pour ces panneaux soient principalement le vert ou le bleu, des couleurs qui véhiculent un sentiment de tranquillité d’esprit et un message rassurant, mais qui sont relativement discrètes. C’est pourquoi nous devrions tous prendre l’habitude de localiser les issues de secours dès que nous sommes dans un bâtiment public, car elles peuvent ne pas être aussi faciles à identifier que cela en pleine situation de crise (et notamment si l’espace se remplit de fumée).

Ce choix de codage couleur étant peu logique en termes d’associations naturelles, il est important de clarifier que notre réponse aux couleurs est en fait inconsciente à 80 %. Par conséquent, les codes couleur que nous rencontrons régulièrement sur une longue période de temps sont intégrés dans notre inconscient et finissent par avoir l’effet recherché.

La cohérence est importante pour la sécurité

Toutefois, cet article ne doit pas être pris comme une invitation faite aux entreprises pour qu’elles adaptent et développent leurs propres avertissements de sécurité.  En plus d’être soigneusement réglementés dans la plupart des pays européens, il est important de garantir la cohérence entre environnements de travail et lieux publics pour créer des perceptions communes des codes et messages couleur.

En conséquence, à l’heure actuelle, de nombreux hôpitaux et compagnies pharmaceutiques ont décidé de ne pas introduire de code couleur dans la prise en charge des patients car aucun code couleur cohérent n’est disponible. Leur peur justifiée est que, jusqu’à ce qu’un code normalisé soit universellement adopté, les signaux de couleur nuisent en fait aux soins des patients. Espérons que cette situation puisse être résolue dans un futur proche, afin que les médecins et les patients puissent tirer parti de l’importante contribution que peut apporter la communication couleur.