La connaissance de la technologie en Europe : en savons-nous assez sur la façon dont la technologie va façonner notre avenir ?

Les salariés européens ne sont pas suffisamment informés sur la façon dont les nouvelles technologies vont façonner leur avenir. Mais est-ce que plus d'information apportera de la peur ou de l'optimisme ?

La connaissance de la technologie en Europe : en savons-nous assez sur la façon dont la technologie va façonner notre avenir ?

La technologie moderne évolue à une vitesse fulgurante. Cependant, l'apparition de nouvelles fonctionnalités et de technologies révolutionnaires pourrait bien engendrer un sentiment de saturation.

Ce ne sont pas simplement les consommateurs qui souffrent de ce raz-de-marée d'innovation. La technologie est déjà au cœur de l'environnement de travail moderne, depuis les imprimantes de pointe aux super ordinateurs qui sont aujourd'hui dans nos poches. Avec l'émergence d'un tel bouleversement, la connaissance de la technologie suit-elle le rythme ?

Comprendre le niveau de connaissance de la technologie

Dans le cadre d'une étude récemment menée par Epson, qui a recueilli les opinions de 17 experts mondiaux et de plus de 7 000 dirigeants d'entreprises et employés européens, nous avons examiné l'impact de la technologie sur le lieu de travail de demain. Nos conclusions mettent en évidence que la vitesse de la transformation soulève des questions épineuses.

En effet, notre étude révèle un écart saisissant au niveau de la connaissance des employés en ce qui concerne les technologies majeures. Seules 60 % des personnes interrogées avaient entendu parler des technologies à porter sur soi. Par conséquent, 4 travailleurs européens sur 10 ne connaissaient pas cette technologie fondamentale qui devrait avoir des conséquences considérables sur le monde du travail de demain.

Le problème est une nouvelle fois mis en exergue par d'autres technologies majeures, encore moins bien connues que les technologies à porter sur soi. Seuls 37 % des salariés européens ont entendu parler des technologies comme la bio-impression ou la cobotique (robotique collaborative). Les personnes interrogées ont également révélé une ignorance des tendances générales en matière de technologie : seules 51 % admettent connaître l'apprentissage mixte (utilisation d'outils de formation en ligne et hors ligne) et 35 % le commerce omnicanal (une approche de vente multicanal qui offre une expérience identique en ligne et hors ligne).

Une meilleure connaissance garantit un état d'esprit positif

Les niveaux de connaissance conditionnent l'adoption des technologies. Or, les personnes informées sont-elles plus intéressées ? Dans le cadre de notre étude, nous avons expliqué plusieurs nouvelles technologies à des salariés européens et constaté que la compréhension crée une vision nettement plus positive. L'éventualité d'intégrer chaque technologie au monde du travail était alors accueillie avec bien plus d'optimisme.

Les technologies à porter sur soi ont reçu les réactions les plus positives : 65 % des salariés trouvent ces technologies attirantes. L'impression à partir de matière organique, d'une part, et la bio-impression et la cobotique, d'autre part, étant considérées de manière positive par respectivement 58 % et 57 % des personnes interrogées.

Cependant, parmi les technologies présentées, l'impression 3D a suscité le plus grand intérêt des salariés, avec 66 % d'opinion positive. Les profondes répercussions que l'impression 3D devrait avoir dans tous les secteurs, plus particulièrement l'industrie et le commerce, il était d'autant plus rassurant de constater que les salariés étaient tous prêts à reconnaître l'éventuel impact de la technologie après avoir été mieux informés de ses caractéristiques et fonctionnalités.

S'engager à mieux faire connaître les technologies

Les avancées technologiques en matière de formation offrent une autre voie pour combler l'écart de connaissance. Cette voie est aussi accueillie à bras ouverts par les salariés, 68 % ayant un avis positif sur l'apprentissage mixte, 65 % sur la formation collaborative et 66 % sur le méta-apprentissage.

Dans le cadre de nos efforts de mise en œuvre des avantages de la technologie au sein de l'industrie, nous devons travailler tout aussi sérieusement à optimiser les possibilités qu'elle peut offrir. Les entreprises joueront un rôle essentiel à cet égard. Actuellement, seuls 14 % des employés considèrent que les entreprises sont « excellentes » dans le suivi des évolutions technologiques. Si les entreprises ne cherchent pas à comprendre ce paysage technologique en constante évolution, il est difficile de concevoir comment la connaissance des salariés pourra tenir le rythme.

Enfin, la technologie ne réussit pas seule, mais grâce à la bonne mise en œuvre des fonctionnalités qu'elle offre. Si nous voulons bénéficier d'une révolution dans la technologie du monde du travail, notre première étape doit consister à mieux la faire comprendre dans tous les secteurs.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Retrouvez toutes les observations en téléchargeant l'intégralité de l'étude ici