Faire place à la distanciation sociale

Par Hans Dummer

Un cadre positif pour la distanciation sociale

Alors que les gouvernements du monde entier ont entamé la levée progressive du confinement, les entreprises et professionnels de l’enseignement ont, quant à eux, commencé à réfléchir aux méthodes pour garantir un retour en toute sécurité dans des environnements habituellement très fréquentés.

L’une des choses devenues évidentes aux quatre coins du monde est la nécessité de la distanciation sociale, qui sera probablement maintenue pendant un certain temps. En théorie, c’est tout à fait logique : cette mesure permet non seulement aux personnes d’avoir plus de libertés, de renvoyer les enfants à l’école et de retourner au travail, mais elle permet également de relancer l’économie, tout en maintenant certaines restrictions pour assurer la sécurité de tous.

Cependant, en pratique, la distanciation sociale pose plusieurs problèmes.

De nombreux établissements d’enseignement manquent déjà d’espace dans le meilleur des cas, et les frais généraux des entreprises font que la plupart des sociétés payent uniquement pour l’espace dont elles ont strictement besoin en temps « normal ». Alors que faire, maintenant que les personnes n’ont plus seulement besoin de quelques centimètres d’espace personnel, mais de plus d’un mètre chacune ? Une chose est certaine : des changements sont nécessaires.

La technologie peut être une solution, mais il convient de veiller à ce qu’elle soit la bonne solution.

Pour de nombreux établissements, le retour en présentiel se fera par étapes, quelques classes, groupes de travail ou équipes à la fois, afin d’éviter que les locaux soient surchargés. Une fois encore, il s’agit d’une mesure logique, mais créant de nouveaux problèmes. Par exemple, comment inclure les personnes n’étant pas présentes physiquement et comment susciter l’intérêt des enfants qui se retrouvent au fond de la classe pour maintenir la distanciation sociale ?

Ces questions sont loin d’être les seules que nous devons nous poser. Plus important encore, nous devons réfléchir à l’impact que les changements apportés à l’espace auront sur nous, au niveau physique. Dans de nombreuses salles de classe ou de réunion, le fait d’éloigner les gens de deux mètres donne lieu à une difficulté majeure : nous devons veiller à ce que tous les enfants de la classe ou toutes les personnes assistant à la réunion puissent bien voir les visuels ou documents utilisés dans le cadre du cours ou de la réunion, présentés à l’avant de la salle.

Les écrans plats généralement utilisés dans la plupart de ces environnements n’offrent que peu de flexibilité et ne permettent pas d’agrandir la taille de l’image. Étant donné qu’environ 58 % des étudiants ont déclaré ne pas être en mesure de lire tout le contenu affiché sur un écran plat de 70 pouces dans les meilleures conditions possibles [1], un éloignement supplémentaire de l’écran serait un véritable problème.

Utiliser un projecteur peut être une solution. Ces appareils sont déjà régulièrement utilisés dans ces environnements et constituent une solution qui offre bien plus de flexibilité. En augmentant la taille de l’image (qui peut atteindre jusqu’à 155 pouces en Full HD avec les produits Epson), l’écran est visible pour toutes les personnes dans la salle. Les leçons peuvent donc être plus inclusives, collaboratives et faciles à retenir, et les réunions plus productives et percutantes. De plus, contrairement aux écrans plats, il n’y a pas de traces de doigts visibles sur l’écran s’il est touché, et si les projecteurs Epson sont utilisés avec nos tableaux blancs antibactériens, ces derniers empêchent le développement des bactéries et virus.

Assurer la collaboration et l’inclusion

Une autre question à laquelle nous devons répondre sans délai concerne l’autre moitié du groupe, à savoir les personnes exclues des salles de classe ou de leur lieu de travail ne serait-ce qu’un jour sur deux ou quelques jours par semaine.

Ici encore, la technologie pourrait être une solution. En utilisant des solutions collaboratives, telles que les projecteurs interactifs Epson, les personnes présentes et celles assistant à la leçon ou à la réunion depuis chez elles pourront être impliquées. Tout le monde pourra voir le contenu affiché et pourra également y ajouter des notes, partager des idées, prendre part au travail de groupe et rester impliqué dans le processus. De cette manière, plusieurs appareils pourront projeter en simultané et s’échanger du contenu.

Les visualiseurs de documents offrent également la possibilité de projeter en direct des objets en 3D, permettant ainsi aux grands groupes de personnes, physiquement présentes ou non, de partager une vue détaillée et en gros plan d’un élément sans avoir à s’attrouper autour de celui-ci ni à se le faire passer.

Pensez sur le long terme en agissant dès aujourd’hui

La plupart des solutions mises en place au cours des prochains mois seront basées sur ce qui est déjà disponible. Mais pour de nombreux établissements, il sera nécessaire d’investir. Dans une telle situation, il est important de faire les bons choix et de réfléchir à la façon dont les produits seront bénéfiques aussi bien aujourd’hui que sur le long terme, la flexibilité étant évidemment essentielle.

Cette situation devrait se prolonger et le retour à une nouvelle « normalité », qu’il est encore difficile d’imaginer, se fera progressivement. Malgré cela, nous devons veiller à être justes, en permettant à tous les enfants présents dans la salle de voir le contenu projeté et d’avoir les mêmes chances d’apprendre. La réciproque est également valable pour le monde de l’entreprise, où il convient de trouver les meilleures solutions pour maintenir la productivité de l’ensemble des collaborateurs. Les étudiants et collaborateurs ne pourront pas avoir de bons résultats s’ils sont exclus des leçons et réunions importantes, ou s’ils n’ont pas les bonnes informations parce qu’ils n’ont pas pu les voir.

Bien entendu, les projecteurs et visualiseurs de documents ne sont qu’un début de réponse, mais ils constituent une excellente solution pour résoudre certains de ces problèmes. Les établissements qui en disposent déjà sont en bonne voie pour atteindre pleinement leur potentiel, et pour ceux qui n’en ont pas encore, investir dans de tels appareils serait une décision judicieuse.

Quoi qu’il en soit, le chemin de la reprise sera certainement long, mais nous pouvons chercher des moyens de faciliter ce processus. L’équipe Epson et ses partenaires se tiennent donc à la disposition de toutes les personnes souhaitant discuter des différentes options possibles.

[1] Comparaison avec un modèle d’écran plat de 70 pouces haut de gamme en résolution 4K (le plus vendu – en unités – hors ventes dans les hôtels selon des données de distributeur PMA pour l’Amérique du Nord, ventes de janvier à septembre 2015) dans une disposition type de salle de classe (6,7 mètres de largeur × 8,2 mètres de profondeur). 58 % des étudiants, âgés de 12 à 22 ans, auxquels il a été demandé de recopier six petits éléments d’informations sur des diapositives, ont copié au moins un élément de manière incorrecte. Basé sur une étude américaine menée par Radius Research, avril 2016.