Comment la technologie va-t-elle transformer nos emplois ?

L'étude montre que les travailleurs européens s'attendent à ce que la technologie leur permettent de travailler dans un environnement plus détendu, plus souple et plus créatif - sont-ils prêts ?

Comment la technologie va-t-elle transformer nos emplois ?

Chez Epson, nous nous intéressons à l'impact de la transformation technologique sur le monde du travail. Grâce à cette nouvelle étude, l'importance réelle de cet impact devient manifeste. Dans le premier billet de cette série, « Comment la technologie va-t-elle transformer l'économie ? »,nous avons étudié la façon dont les travailleurs européens envisagent la transformation de l'économie dans les 10 ans à venir, et comment les entreprises devraient s'y préparer.

Dans cet article, nous faisons un pas de plus et examinons l'impact de ces changements sur les travailleurs et leurs tâches quotidiennes.

Il est évident que les travailleurs européens se préoccupent de l'impact technologique. D'ailleurs, près de la moitié d'entre eux (48%) pensent que la technologie influera directement sur leur fonction au sein du monde du travail et 6% prétendent même que leur poste n'existera plus dans 10 ans.

Ce sentiment s'inscrit dans un contexte de mises en garde mondiale sérieuses. Dans un rapport de 2016, le Forum économique mondial estime que l'automatisation robotique pourrait générer à elle seule une perte nette de 5,1 millions d'emplois dans les 15 plus grandes économies mondiales d'ici à 20211. Les employés ont-ils donc raison d'être inquiets ?

Des fonctions efficaces

Si nous voulons éviter de considérer à tort la technologie comme simple menace pour nos emplois, nous devons saisir les opportunités qu'elle nous offre, comme l'évoquent les conclusions de notre étude. Contrairement aux gros titres négatifs qui mettent en avant les pertes d'emplois, les salariés sont plutôt positifs et prévoient le développement de postes. Un tiers des travailleurs européens pensent que leurs fonctions seront plus efficaces grâce à la technologie, car elles seront plus productives, plus précises et plus analytiques. Les travailleurs du secteur de l'industrie et du commerce reconnaissent qu'une plus grande efficacité permettra d'obtenir de plus grands avantages.

Toutefois, il ne s'agit pas simplement de l'efficacité de nos activités mais aussi de leur nature et de ce qui devrait évoluer. Par exemple, 21% des salariés pensent que la transformation technologique permettra d'accroître la créativité de leurs postes.

Communiquer dans un environnement de travail en constante évolution

Nos environnements de travail vont subir le changement de la même manière. Presque la moitié des personnes interrogées pensent que les environnements de travail vont être plus surveillés, mais qu'il y aura également plus de créativité. À ce sujet, 38% des personnes interrogées pensent que la technologie offrira plus de souplesse au niveau des heures de travail. À l'inverse, seules 19% pensent que leur travail sera plus fatigant et exigeant, ce qui souligne le souhait d'un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Il sera indispensable de communiquer sur l'impact de cette transformation sur le monde du travail. Actuellement, seuls 62% des travailleurs estiment que leur entreprise sait bien ou très bien communiquer au sujet de l'impact de la mutation technologique. Ce chiffre passe à 57% lorsqu'il s'agit de communiquer sur la transformation de postes spécifiques. Par ailleurs, seules 54% des personnes interrogées ont déclaré que leur entreprise savait bien ou très bien impliquer les salariés concernés dans le processus décisionnel. Ainsi, près de la moitié des entreprises ne savent pas communiquer correctement sur l'impact des principaux changements technologiques.

L'importance cruciale de bien se préparer

Si les entreprises souhaitent se positionner pour tirer profit de la transformation technologique, les travailleurs doivent se préparer. Seules 65% des personnes interrogées pensent que leur entreprise est bonne ou excellente en matière de formation des employés à l'utilisation de la technologie, et elles ne sont que 47% à estimer que leur entreprise est capable de proposer une nouvelle formation aux salariés qu'elle pourrait licencier.

Dans un environnement où 60% des travailleurs européens pensent que leur entreprise est bonne ou excellente en matière de recrutement de nouveaux salariés, notre étude révèle la possibilité d'un avenir où les compétences seraient acquises plutôt que développées. Dans un monde du travail en rapide mutation, aider les salariés à s'adapter tout en acquérant le salarié au nouveau talent adéquat pourrait, en fin de compte, s'avérer essentiel.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Retrouvez toutes les observations en téléchargeant l'intégralité de l'étude ici