Adapter une entreprise aux objectifs écologiques européens

Stratégie d’Epson pour une croissance durable et écologiquement performante

 Adapter une entreprise aux objectifs écologiques européens

2015 a marqué un tournant dans les politiques de développement durable, tant au niveau mondial qu’européen. Elle a non seulement vu la signature de l’accord historique de Paris, mais également le lancement des objectifs de développement durable des Nations unies 1. Le programme de développement durable de l’Europe s’est trouvé renforcé par ces développements internationaux.

Cela signifie que les entreprises en Europe vont devoir s’assurer de leur conformité avec un ensemble de règles européennes en matière de développement durable. Cependant, cette évolution de la dynamique du marché va aussi créer de formidables opportunités pour les entreprises agiles.

Cet article décompose certaines des principales initiatives de l’UE en matière de développement durable qui vont affecter la façon dont les entreprises rivaliseront dans le marché unique pour les prochaines décennies.

L’Europe et l’évolution des règles du jeu

En Europe, les objectifs de développement durable cherchent à satisfaire « les besoins des présentes générations 2sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins

Lorsque Jean-Claude Juncker est devenu président de la Commission européenne en 2014, il a dressé une liste de 10 priorités. La troisième s’intitulait « union de l’énergie et du climat 3’. La stratégie de l’Union européenne comprend cinq axes étroitement liés et qui se renforcent mutuellement :

  • sécurité, solidarité et confiance
  • un marché intérieur de l’énergie totalement intégré
  • efficacité énergétique
  • action pour le climat
  • recherche et innovation

En favorisant et en récompensant cette culture dans toute l’UE, il espère atteindre trois importants objectifs d’ici 2030 :

  • une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990
  • au moins une part de 27 % d’énergie consommée issue des énergies renouvelables
  • au moins 27 % d’économies d’énergie par rapport à un scénario de statu quo

Ces objectifs peuvent sembler ambitieux, mais il existe une impulsion de plus en plus influente pour placer la barre encore plus haut 4. Cette impulsion en faveur d’une plus grande efficacité et d’objectifs plus stricts va définir l’avenir du paysage européen.

Objectifs d’efficacité énergétique dans l’UE

L’efficacité énergétique est la tête d’affiche de la stratégie de développement durable. Elle est la plus importante et la plus quantifiable en termes d’impact. L’UE s’est fixée un objectif d’économie d’énergie de 20 % 5 d’ici 2020. Un objectif qui, d’après un rapport de progression de 2015, risque de n’être atteint qu’à hauteur de 18 %. Si l’UE veut atteindre l’objectif plus ambitieux de 27 % d’économies d’ici 2030, il est primordial qu’elle mette davantage l’accent sur l’efficacité.

Il existe déjà une volonté de réduire l’intensité énergétique des bâtiments, qui représente à l’heure actuelle environ 40 % de la consommation d’énergie dans l’UE. Les organismes publics ouvrent la voie, s’engageant à rénover 3 % 6du parc immobilier gouvernemental par an, et toutes les nouvelles constructions au sein de l’UE doivent être quasiment neutres énergétiquement 7d’ici la fin 2020.

À l’avant-garde des économies d’énergie se trouve une attention accrue pour les audits énergétiques, mandatés dans le cadre de la directive européenne sur l’efficacité énergétique de l’UE 8. Avec un délai de mise en œuvre fixé à décembre 2015 pour la première étape du programme, nous commençons déjà à voir l’impact de plus en plus important de l’efficacité énergétique dans la compétitivité des entreprises.

Bien sûr, une stratégie énergétique intelligente plus vaste 9ne représente pas seulement un avantage pour l’efficacité, elle vise également à garantir le développement durable et la sécurité énergétique à une Union européenne qui dépense plus de 1 milliard d’euros par jour 10 en importation d’énergie. La diversification de l’approvisionnement en énergie (y compris en énergies renouvelables) et une interconnexion accrue devraient donc gagner en importance dans les années à venir. 

Un paysage circulaire

L’éco-conception et l’efficacité énergétique des produits est un domaine du développement durable qui offre d’importants succès, avec des économies d’énergie prévues 11pour l’Europe de 175 millions de tonnes d’équivalent pétrole (Mtep) d’ici 2020. L’extension du projet, afin de couvrir une plus grande gamme de produits à l’avenir, est probable. Ce programme nous donne également des informations sur un domaine qui est pris de plus en plus en compte : le cycle de vie des produits.

Le plan de l’Union européenne pour une « économie circulaire » 12est une étape ambitieuse vers la modération de l’impact du cycle de vie complet de notre consommation, de la production à la destruction.

Parmi les objectifs mentionnés figurent :

  • Le recyclage de 65 % des déchets ménagers d’ici 2030
  • Le recyclage de 75 % des déchets d’emballage d’ici 2030
  • La promotion d’instruments économiques afin de décourager la mise en décharge

Les entreprises doivent avoir de plus en plus conscience de l’analyse du cycle de vie complet dans les pratiques durables. Bien qu’encore à ses débuts, la valeur économique de cette initiative pour l’UE devrait atteindre 1 800 milliards d’euros d’ici 2030 13, ce qui prouve que les politiques de développement durable offrent des opportunités, mais aussi des obligations, au secteur privé.

Les entreprises devront aussi se montrer plus transparentes. Les pratiques durables signifieront que les citoyens seront de plus en plus acteurs de leurs propres choix, en se basant sur les données de performances des produits et les pratiques organisationnelles perçues. Les appels d’offres publics au sein de l’UE deviendront de plus en plus stricts dans leurs exigences d’efficacité et de développement durable au fur et à mesure que nous nous rapprocherons des objectifs fixés pour 2030.

Le futur des marchés du Carbone de l’Union européenne

Le marché du carbone de l’Union européenne est un système axé sur le marché pour réduire les émissions de carbone par les grandes entreprises. Cependant, le programme a souffert de la publication dans certains médias climato-sceptiques 14de cas de négociations commerciales détournées pour faire sensation. Plus récemment, le marché a été remis en cause par un prix du carbone plus bas, résultant d’un ralentissement économique. Il ne fait aucun doute, cependant, que le plus grand marché du carbone du monde permet 15des activités professionnelles plus écologiques.

Nous allons connaître une réforme importante 16du marché dans un futur proche, en raison de niveaux de production faibles et de l’excédent d’émissions qui en résulte, suite à la récession financière. Nous pouvons nous attendre à voir apparaître des mouvements visant à réduire l’excédent actuel et à améliorer la capacité du système à réagir à des fluctuations du marché généralisées.

Création d’un modèle commercial durable

Les infrastructures politiques de l’Union européenne offrent aux entreprises une ligne directrice très claire quant aux obligations futures en matière de développement durable au sein du marché unique. Il est désormais dans l’obligation des entreprises de mettre en œuvre des réformes afin de jouer leur rôle dans la protection des emplois, de l’environnement et de la société.

Cependant, les entreprises qui souhaitent rester compétitives sur le long terme ne doivent pas se contenter de considérer ces stratégies comme un énième problème de conformité réglementaire, mais bel et bien comme une opportunité.

Les politiques de l’Union européenne ont été établies de manière à garantir que les performances de durabilité de vos produits et de votre entreprise deviennent un « critère d’achat » de plus en plus important, que ce soit pour des appels d’offres publics ou pour des acheteurs privés.

Afin de réussir dans ce nouveau monde, les entreprises doivent s’adapter à ce développement du marché en recherchant des opportunités de créer de nouveaux produits, services et communications qui se conformeront aux règles de l’UE et qui sauront conquérir des consommateurs.

Notes de bas de page

1www.un.org/sustainabledevelopment/sustainable-development-goals/

2ec.europa.eu/environment/eussd/

3ec.europa.eu/priorities/energy-union-and-climate_en

4www.theguardian.com/environment/2016/mar/07/eu-open-to-increasing-2030-carbon-target-says-top-climate-negotiator

5ec.europa.eu/energy/en/topics/energy-efficiency

6ec.europa.eu/energy/en/topics/energy-efficiency/buildings

7ec.europa.eu/energy/en/topics/energy-efficiency/buildings/nearly-zero-energy-buildings

8ec.europa.eu/energy/en/topics/energy-efficiency/energy-efficiency-directive

9ec.europa.eu/energy/en/topics/energy-strategy

10ec.europa.eu/energy/en/topics/imports-and-secure-supplies

11ec.europa.eu/energy/en/topics/energy-efficiency/energy-efficient-products

12ec.europa.eu/environment/circular-economy/index_en.htm

13www.mckinsey.com/business-functions/sustainability-and-resource-productivity/our-insights/europes-circular-economy-opportunity

14www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/energy/6912667/Carousel-frauds-plague-European-carbon-trading-markets.html

15www.theguardian.com/sustainable-business/2015/jul/15/eu-carbon-trading-system-made-business-greener

16ec.europa.eu/clima/policies/ets/reform/index_en.htm